Jump menu

Main content |  back to top

La RAP est utilisée essentiellement à deux fins – réduire la viscosité du pétrole pour faciliter son écoulement, ou faire littéralement sortir le pétrole des pores de la roche.

Pour cela, Shell emploie trois techniques : l'injection de vapeur dans les réservoirs pour faciliter son écoulement ; l'injection de gaz pour faire sortir le pétrole ou pour le fluidifier ; et l'injection de produits chimiques pour libérer le pétrole emprisonné :

  • L'injection de vapeur permet de chauffer le pétrole emprisonné pour le fluidifier afin qu'il s'écoule vers les puits de production.
  • L'injection de gaz utilise des gaz comme le gaz naturel, l'azote, ou le dioxyde de carbone, qui se dilatent dans le réservoir pour pousser une plus grande quantité de pétrole vers un puits de production, ou d'autres gaz qui se dissolvent dans le pétrole pour le fluidifier et améliorer son débit.
  • L'injection de produits chimiques consiste à injecter des molécules à longue chaîne dans les puits, ce qui, avec l'injection d'eau, augmente la pression dans les puits et facilite la remontée du pétrole. Sinon, des produits chimiques sont parfois employés pour permettre de réduire la tension superficielle pouvant empêcher les gouttelettes de pétrole de circuler dans un réservoir.

Un milliard de barils en plus

Dans les années 60, Shell a employé l'injection de vapeur - qui s'est avérée être l'une des méthodes les plus fructueuses pour augmenter le taux de récupération du pétrole - dans le grand réservoir complexe de Tulare du champ de South Belridge en Californie, Etats-Unis. Depuis cette période, un milliard de barils de pétrole supplémentaires ont été produits sur ce gisement, exploité par la coentreprise Aera.

Dans les années 70, nous avons expérimenté l'injection de dioxyde de carbone produit naturellement pour augmenter la récupération de pétrole au Texas, Etats-Unis. Aujourd'hui, nous étudions le moyen d'utiliser du dioxyde de carbone séquestré, rejeté par des sources humaines comme les centrales électriques, à cette même fin.

Nous continuons d'expérimenter les techniques de RAP en injectant de la vapeur, du gaz et des produits chimiques dans des réservoirs pour extraire davantage de ressources.

En collaboration avec Petroleum Development Oman, nous travaillons sur un certain nombre de projets pilotes. À Qarn Alam, l'injection de vapeur vient compléter le système de drainage par gravité déjà en place en chauffant le pétrole pour réduire sa viscosité. À Marmul, les produits chimiques injectés devraient doper la production de près de 10 %. En outre, l'injection de gaz est employée à Harweel pour libérer le pétrole emprisonné. Les huiles injectées produisent un effet d'inondation, augmentant la pression dans le puits, pour faciliter la remontée des hydrocarbures à la surface.