Jump menu

Main content |  back to top

Le procédé de valorisation in situ (PVI)

Après avoir employé diverses méthodes d'extraction avec un certain succès, nous avons étudié la possibilité de valoriser le pétrole pendant qu'il est encore dans le sol ou in situ.

Nous pensions qu'une valorisation dans le gisement même pourrait augmenter le taux de récupération et nous permettre d'extraire un produit plus léger, plus précieux, qui réduirait le nombre habituel d'étapes de transformation.
Ce qui était au départ une bonne théorie, testée à l'échelle moléculaire dans un laboratoire, a fonctionné dans la pratique.

Au cours des trois premières années de notre essai in situ sur le terrain à Peace River, au Canada, plus de 100 000 barils de pétrole léger ont été produits. Ce procédé consiste à forer un certain nombre de puits horizontaux très proches les uns des autres, certains étant utilisés pour insérer des réchauffeurs, d'autres pour la production et la surveillance. Les réchauffeurs chauffent progressivement le pétrole lourd sur la durée.

Au fur et à mesure que la température augmente, le pétrole lourd commence à se séparer – le coke indésirable reste en place sous terre tandis que le pétrole alors plus léger et plus propre est prêt à être extrait. Pas moins de 50 % du pétrole peuvent être récupérés grâce à cette méthode par rapport aux 30 % habituels récupérés dans des réservoirs de pétrole classiques.

Le procédé de conversion in situ (PCI)

Shell étudie la possibilité d'adopter une approche similaire pour récupérer le pétrole et le gaz dans le schiste pétrolifère, une roche sédimentaire à grain fin contenant des quantités importantes de kérogène (un mélange solide de composés chimiques organiques).

Notre procédé de conversion in situ (PCI) breveté, à l'image du PVI, élimine l'exploitation à ciel ouvert, et utilise à la place un système de chauffage évolué, cette fois-ci pour chauffer le schiste solide.

À des températures de 343 – 399 degrés C, la chaleur intense libère le pétrole et le gaz du kérogène contenu dans le schiste pétrolifère. Le pétrole et le gaz sont ensuite remontés à la surface au moyen de méthodes traditionnelles, les produits obtenus nécessitant moins d'étapes de transformation pour produire des carburants comme le gazole, l'essence et le carburéacteur.

L'un de nos essais sur le terrain dans le Colorado, aux Etats-Unis, a appliqué avec succès le procédé de conversion in situ pour récupérer 1 700 barils de pétrole léger de grande qualité, ainsi que le gaz associé provenant du schiste pétrolifère. Nos études à ce jour ont montré que cette technologie fonctionnait techniquement à petite échelle - reste à prouver si elle peut fonctionner commercialement.

De même, le procédé de valorisation in situ est toujours en cours de développement et le chemin est encore long avant de pouvoir envisager une application commerciale à pleine échelle. Mais tous deux représentent des développements extrêmement prometteurs que nous continuons de poursuivre pour libérer les vastes ressources de pétrole non classique.